FRANTICS : de la frénésie à l’heure de l’apéro ?

“Frantic” peut trouver sa traduction dans la frénésie, en adéquation parfaite avec les personnages du jeu presque éponyme. Eléphant, vache, cochon, girafe, cheval, ornithorinque inter-réagissent de façon frénétique dans des mini-jeux endiablés dont la prise en main se fait sur smartphone ou tablette, s’inspirant parfois du gameplay de jeux indé exclusifs aux smartphones (comme Ridiculous Fishing). Déjà traité dans nos colonnes, le phénomène PlayLink permet de s’amuser en groupe lors de jeux-apéro souvent réussis faisant intervenir les smartphones des invités via l’application du jeu et l’écran de télévision de l’hôte. Frantics réussit-il le pari de divertir quelques minutes en soirée, comme ses prédécesseurs ?

PLF_Screen_PS4_IciclePickle_E32017_1497328978.jpg

Adieu, veaux, vaches, cochons

Après avoir pris un selfie et choisi un avatar animalier au hasard, le joueur un peu éméché à l’apéro participera à de multiples mini jeux afin de cumuler des points qui seront remis en question lors de l’épreuve finale. Classique du party gaming, le procédé fonctionne bien et les épreuves assez variées et originales pour ne pas lasser trop rapidement les convives. Il sera possible en particulier de jouer à un jeu sur chaises de bureau à roulettesque l’on fera se déplacer plus ou moins loin dans telle ou telle direction en fonction de l’impulsion et de la direction donnée sur le smartphone. Le but est, à l’instar d’un jeu de mini golf, d’atteindre une cible marquée au sol. Tous les coups sont permis pour déloger l’adversaire de sa position, à l’instar cette fois du curling. Autre mini jeu mémorable, la “course sans ami” demande d’atteindre la ligne d’arrivée avant ses adversaires, scahant qu’il est possible de les pousser vers les obstacles ou de les porter.

PLF_Screen_PS4_ParaChuChu_E32017_1497328978.jpg

Moins convaincant car plus difficile à maîtriser via l’accéléromètre du smartphone – c’est l’inclinaison de celui-ci qui décide de la vitesse et du placement – “Garachute” propose d’atteindre le plus vite possible le sol dans le cadre d’une chute libre à quatre où, encore une fois, tous les coups sont permis (passage de dynamite, heurts…). On pense tout de suite à Ridiculous Fishing, l’excellent jeu smartphone où il s’agit de faire chuter un hameçon via l’accéléromètre de son téléphone, mais avec cette fois une réactivité aux petits oignons.

Frantics offre donc un panel de mini-jeux variés et amusants, au même titre que les précédents titres PlayLink, permettant de se détendre une soirée ou deux entre amis, sachant que l’accéléromètre (les mouvements du smartphone) est un peu moins bien employé (pas assez de précision) que l’interface tactile, absolument irréprochable. Fun à plusieurs, complètement déjanté, Frantics remplit parfaitement son office, et on ne lui demande rien de plus.

Publicités

Laisser un commentaire