ASHITA NO JOE : De la fiction à la réalité

Ashita no Joe fut l’un des mangas les plus populaires à la fin des années 60 au Japon. Extrêmement puissant en terme de trait aussi bien qu’en termes narratifs, relatant l’ascension dans le monde de la boxe d’un gamin (Joe) parti de rien, issu des bas-fonds, Joe représenta à l’époque des grands mouvements sociaux une énergie populaire, incarnation de la révolte.

chiba_tetsuya_joe

Le succès du manga fut tel que de véritables funérailles furent organisées à la mort de l’un des principaux protagonistes de l’oeuvre de papier. Force de persuasion de l’art séquentiel sur ses lecteurs ou hommage de fans ? Sans doute un peu des deux. Toujours est-il que peu après cet événement, des terroristes membres de la Faction Armée Rouge se revendiquèrent d’Ashita no Joe lors d’un détournement d’avion de ligne vers la Corée du Nord. Appel clair à la jeunesse japonaise à « se révolter », « se réveiller », « se relever », comme le ferait Joe sur le ring. Revers de la médaille du succès du manga, ce triste événement fut décrié par ses auteurs, qui voient plutôt en Joe le reflet de la ténacité et de la pugnacité du Japon lors de sa reconstruction durant l’après-guerre (redressement économique unique dans l’Histoire), évoquant une lutte contre le défaitisme, ou tout simplement une incarnation de la jeunesse de l’époque, perdue qu’elle était dans ses repères face à ce redressement économique si rapide…

Laisser un commentaire