PGW 2018 / Metro Exodus – Interview

Durant le Paris Games Week 2018 nous avons pu poser quelques questions à Hew Beynon, le Head of Global Brand Manager sur Metro Exodus. Où l’on en apprend un peu plus sur ce titre, à l’origine adapté du best-seller de Dmitry Glukhovsky.

 

Et pour les non anglophones ou les non anglicistes, cette interview est retranscrite ci-dessous :

A quel point Metro Exodus sera-t-il impressionnant visuellement ?

4A Games a toujours été connu pour la qualité graphique de ses titres et pour pousser les limites graphiques au maximum. Le challenge pour l’équipe a été de concevoir des visuels en dehors de Moscou cette fois : un voyage dans une Russie post-apocalyptique avec météo dynamique. Il y aura beaucoup plus de variété dans Metro Exodus que dans les précédents titres, avec un nombre conséquent d’environnements différents.

Metro Exodus est-il moins scripté qu’auparavant, plus « monde ouvert » ?

Oui, nous avons changé la formule du gameplay cette fois-ci. Les deux premiers jeux étaient plus linéaires, un peu comme Half-Life 2 et dans Metro Exodus nous avons pris le meilleur de Metro et ajouté ces immenses aires de jeu qu’on a appelé les « niveaux de survie en sandbox (bac-à-sable) » qui sont de petits mondes ouverts dans lesquels on peut passer plusieurs heures de jeu (et plusieurs jours en terme de narration). C’est une expérience Metro très variée.

Comment la licence Metro est-elle adaptée des livres éponymes ?

Dmitry Glukhovski, l’auteur du roman original, participe à l’élaboration des jeux. Pour Metro 2033, le livre était déjà écrit et 4A Games l’a adapté en jeu vidéo. Pour Metro Last Light, Dmitry a participé à une narration originale dans la continuité du premier roman. Pour Metro Exodus, l’idée est venue de 4A Games qui l’a soumise à Dmitry qui a trouvé l’idée fantastique. D’ailleurs les romans ont une narration liée aux jeux. Metro 2035 (le livre) fait le lien entre les jeux Metro Last Light et Metro Exodus.

Quels sont les détails qui diffèrent du roman au jeu Metro 2033 ?

L’esprit du livre est vraiment présent dans le jeu Metro 2033 mais pour rendre le jeu intéressant, l’histoire est narrée dans un style complètement différent. Il s’agit d’un FPS, donc d’un jeu où l’on doit tuer beaucoup d’adversaires alors que le livre n’est pas aussi sanglant, par exemple.

En terme de sound design, qu’est-ce qui rend Metro Exodus immersif ?

Ah ! Il faudrait plutôt poser la question à un directeur audio ou à un sound designer ! Le son est extrêmement important dans Metro et quand on parcourt la démo du jeu et qu’on se déplace dans la nature on peut entendre divers sons de la vie sauvage : des oiseaux le jour et des hiboux la nuit par exemple, le vent dans les arbres, l’écho des armes qui diffère en fonction de l’endroit où l’on se trouve. Enormément d’attention a été apportée au sound design afin de rendre la meilleure atmosphère possible.

La marque de fabrique des jeux Metro est l’exploration. Comment se passent les phases d’exploration dans Metro Exodus et pouvez-vous nous parler un peu du système de crafting ?

Les deux premiers jeux étaient plus linéaires, mais Exodus propose une expérience plus ouverte, comme je l’ai expliqué. Metro Exodus conserve les éléments narratifs mais on peut sortir du fil conducteur pour explorer de vastes zones, dans lesquelles il s’agit de rechercher des ressources que l’on utilise pour construire des filtres (de masque à gaz), des munitions, et ce dans certaines zones du jeu. Il y est possible également de nettoyer les armes.

Est-ce que Metro Exodus perd le côté ambiance claustrophobe des premiers titres ?

Non. Le jeu débute à Moscou et on passe encore du temps sous terre, ou dans des zones irradiées où il faut mettre le masque à gaz. Ces éléments seront bien présents dans Exodus.

Comment va évoluer Artyom dans Metro Exodus ?

Artyom ne parle pas et doit faire des choix guidés par le joueur, être hostile ou passer certains passages en douceur. Le jeu est l’incarnation du rêve d’Artyom, pour faire simple. Son rêve était de découvrir la surface et savoir si elle était habitée. Metro Exodus permet enfin à Artyom de réaliser cela.

Publicités

Laisser un commentaire