Preview : Zombie Army 4 Dead War

Les zombies en univers post-apo sont une constante des univers vidéoludiques de tous bords. On leur donne parfois le titre d’”infectés”, comme dans The Last of Us, ou Days Gone, mais pour un résultat du même acabit : des hordes de mort-vivants pourchassent l’avatar du joueur dans des décors à la fois sombres et tragiquement remodelés par une apocalypse dévastatrice. La série Zombie Army n’a jamais dérogé à cette règle, tout en lui ajoutant cette touche d’humour personnelle digne d’un hommage aux films de série B dystopiques. Car il s’agit de régler son compte à une armée de zombies réveillée par le führer lui-même, tout un programme !. Direction la fin des années 40 revisitée par le studio Rebellion, donc.

Zombie Army 4 : Dead War rappelle rend hommage par bien des aspects au défouloir qu’étaient les deux jeux Left 4 Dead. Il s’agit pour quatre protagonistes de survivre aux attaques de zombies possédant parfois des upgrades (armure, lance-flamme, tronçonneuse…) ainsi que divers patterns (suicidaires, rapides…). Quatre joueurs devront donc s’équiper et s’armer avant chaque étape, ou mission (Sardaigne, Naples…) avant d’affronter l’adversaire, toujours à la manière d’un Left 4 Dead. Chacun des personnages possède une attaque spéciale dont il faut remplir la jauge, assez classiquement. Jun, par exemple, peut “locker” plusieurs ennemis pour les abattre d’une rapide série de tirs.Tout se déroule de façon assez classique et fluide, si ce n’est que les personnages se meuvent de façon assez rigide et que la caméra fait parfois des siennes lors de ces mouvements.


En termes de réalisation, on est réellement conquis, tant les décors sont fouillés et font honneur à cette fin de gen : là un volcan en éruption détaillé, ici un rendu de l’eau convainquant. La patte artistique colle parfaitement à l’univers du titre, à la fois sombre et délirante (des zombies réveillés par Hitler, rappelez-vous) et aussi bien les personnages jouables (c’est un TPS) que les zombies sont extrêmement bien modélisés. L’action et le gameplay, aussi bien que les ennemis, sont assez variés pour ne pas lasser : tenir une position, user de la pléthore d’armes disponible, se confronter à un zombie gigantesque muni d’une tronçonneuse (comme dans notre vidéo de gameplay), etc.

Jordan Woodward, Lead level designer sur le jeu, s’est exprimé auprès de Subbacultcha.net au sujet de l’originalité inhérente au titre de Rebellion : “ce qui rend Zombie Army 4 différent des autres jeux de zombies, c’est son rythme et son atmosphère. Le jeu a un rythme assez lent [surtout comparé à Left 4 Dead, NDLR], et les joueurs sont poussés à utiliser le fusil et à jouer coopératif”. Sur l’originalité du level design du jeu, Jordan Woodward explique également que “la verticalité des niveaux et la variété des adversaires rencontrés forcent les joueurs à beaucoup communiquer […] et il existe beaucoup de moyens différents de terminer le jeu”. Concernant le plus grand challenge à implémenter sur Zombie Army 4, Jason Woodward explique également que “ce sont les divers niveaux de difficulté en fonction de l’expérience de jeu qui ont été délicats à réaliser : le jeu est différent selon qu’on y joue en solo ou à plusieurs. L’équilibre a été difficile à trouver, et beaucoup de playtests ont dû être réalisés.”

Zombie Army 4 Dead War s’annonce vraiment très bon, et ce surtout si l’on adhère à l’univers, ou si l’on est adepte d’un gameplay orienté survie, tel Left 4 Dead. Les studios responsables des Sniper Elite s’en sont donné à coeur joie, tant et si bien que défourailler du zombie nazi sur fond de volcan en éruption dans des villes italiennes n’aura probablement jamais été aussi fun, d’autant que la réalisation est réellement digne d’une fin de génération de consoles de jeu (nous avons pu nous essayer à une version PS4 Pro). On regrettera simplement un chouïa de rigidité dans les déplacements des protagonistes, chose qui pourrait bien être améliorée à la sortie du titre. 

Laisser un commentaire