Critique : Override 2

A l’été 2018, Modus Studios Brazil publiait Mech City Brawl. Si le titre n’avait pas déchaîné les passions à l’époque, Modus Games avait une seconde chance, avec cet Override 2, de gommer les grosses lacunes du premier épisode. Malheureusement pour les amateurs de Mechas et de destruction, le temps ne fait rien à l’affaire et les errements de Mech City Brawl réapparaissent dans cet Override 2.

Le concept, très séduisant il faut l’avouer, consiste à incarner le Mecha de votre choix dans diverses arènes destructibles et de démonter le ou les Mecha(s) adverse(s). Pour ce faire, vous bénéficierez de toute la panoplie du petit ferrailleur : armes à feu, épées, objets du décor, etc. Bref, vous trouverez toujours quelques choses à proximité pour défoncer de la taule.

A la recherche du contenu

La première chose que l’on découvre sur ce titre lors de la première foire d’empoigne, c’est le choix étonnant fait par les développeurs d’avoir attribué à nos robots métalliques pour la bagarre de n’utiliser uniquement les gâchettes gauches et droites du pad. Il nous aura fallu quelque temps d’adaptation afin de maîtriser cette ergonomie disons… étrange.

Mais passons. Une fois ce paramètre digéré, on remarque derechef les limites du gameplay. Ce qui devrait être la pierre angulaire du titre, c’est-à-dire la prise en main rapide et des combats au plaisir immédiat, s’avère terriblement rigide et la plupart du temps illisible. Alors certes, on incarne un Mecha et pas un contorsionniste du cirque du Soleil. Mais tout de même, on aurait souhaité un tout petit peu plus d’agilité et de souplesse dans les mouvements des robots. « Mets de l’huile ! » qu’on se surprend à répéter au fil des combats.

Et d’huile

En plus du manque d’huile, le jeu pêche cruellement par sa carence en contenu. On enchaîne les combats sans vraiment comprendre le pourquoi du comment sans grand intérêt. On regrettera de ne pouvoir avancer dans le mode « ligue » en multijoueur local. Vous pouvez choisir d’affronter un autre joueur en ligne mais nos demandes sont restées lettres mortes. Le jeu semble déjà abandonné par les joueurs.

Côté réalisation, même si Override 2 ne fera pas cracher les poumons de la « current-gen », le jeu reste très plaisant avec une patte graphique plus que correct et des environnements différents les uns des autres dans lesquels on passe un bon moment dans des parties multijoueur. C’est là où le bât blesse. Si Override n’offre pas grand-chose en mode « 1 joueur », c’est clairement en multi qu’il faut y jouer. Mais comme dit plus haut, il n’y a personne sur les serveurs, si bien qu’à part en local, on peine à trouver de l’intérêt à cette production brésilienne.

Voilà qui est assez frustrant car, si les arènes de combat, les musiques et les Mechas sont vraiment très bien travaillés, on se demande à quoi les 2 ans entre les deux titres ont servi. Voilà donc un titre passablement gâché qui aurait tout intérêt à se retrouver prochainement dans le Game Pass afin de retrouver un second souffle. Car, sans cela, tous ces beaux tas de ferrailles rutilants vont se retrouver très vite à la retraite.

4

Test effectué sur Xbox Series X à partir d’une version fournie par l’éditeur par Khurgan et Kheldorn.

Laisser un commentaire