Chronique : Purgatory Girl

Omaké Manga vient de publier en VF le nouveau seinen de Masane Muroi : Purgatory Girl. Ses travaux précédents, Shishûgoku (La Prison des Morts) ont été adaptés au cinéma au Japon. Autant dire que ce nouveau seinen était attendu au-delà de la fanbase de cet auteur. Thriller original sur bien des aspects, le premier volume de Purgatory Girl se laisse lire avec plaisir. Explications.

Une nouvelle élève, Kirie, arrive dans le lycée et la classe de Shion, qui est victime de harcèlement scolaire. Exclue et à part, Shion est rejetée de tous, considérée comme infréquentable par tout son lycée. Rien d’étonnant jusqu’ici (le harcèlement scolaire est devenu malheureusement beaucoup trop fréquent) si ce n’est qu’un meurtre étrange et abject a été commis dans l’ancien lycée de Kirie. 

Kirie en fait beaucoup pour devenir la meilleure et seule amie de Shion, et on suppose également qu’elle venge Shion des sévices qu’elle subit dans ce lycée. Masane Muroi réussit à décrire le personnage de Kirie avec une réelle maestria, tant cette dernière est entourée d’un aura de mystère presque palpable. Des indices sont disséminés dans ce seinen de manière à brouiller les pistes – ou pas, puisque c’est un premier volume – et à planter le décor de ce thriller teinté d’épouvante. 

Kirie serait-elle vénale ? Quelle était exactement sa relation avec la victime du meurtre de son lycée précédent ? Est-elle un ange vengeur (car oui, les références à la Bible sont assez nombreuses) ? Est-elle totalement calculatrice ou vraiment sincère ? 

Les bases d’une intrigue qui s’annonce passionnante dans son développement sont posées, instillant le doute dans l’esprit du lecteur, ou contrariant ses certitudes.

Graphiquement, Purgatory Girl est assez plaisant : Masane Muroi use (et abuse ?) de trames diverses et variées, ce qui ajoute pas mal de substance à son trait, toujours juste. Mais c’est dans son découpage (et du coup sa narration et sa mise en page) que ce seinen réussit à marquer les esprits. Vraiment optimisé au trait près, le découpage ultra-dynamique permet un rendu parfaitement adapté à ce thriller. On en redemande. 

Un mot sur l’édition française qui propose une bonne qualité de papier (cela étant, les mangas “J’ai Lu” ayant disparu depuis un moment, la plupart des éditeurs français de mangas réussissent à publier de beaux livres) ainsi qu’une maquette très sympa. On regrettera peut-être que les onomatopées en kanas soient parfois recouvertes de leur traduction française. Certains éditeurs choisissent de laisser la VO telle quelle pour ne pas nuire à l‘ensemble de l’effet voulu par l’auteur, ce qui a notre préférence.

S’ajoutant à l’offre toujours plus étoffée du label Omaké Manga, Purgatory Girl pose les bases d’un thriller qui s’annonce vraiment intéressant,  voire passionnant du fait d’un personnage principal entouré de l’aura d’un épais mystère. On est tenu en haleine du début à la fin du livre, et on reste dans l’attente du prochain volume avec impatience. Quatre volumes au total sont à prévoir pour cette série.

Purgatory Girl est édité chez Omaké Manga et est en vente depuis le 25 mars 2021 au prix de 7,50€

Laisser un commentaire