Chronique : Bloody Cruise, tome 1

Yu Satomi est une mangaka s’étant déjà fait connaître un peu en France pour avoir fait les dessins du manga Nuisible, une série d’horreur en trois tomes avec le plus célèbre Masaya Hokazono au scénario. C’est ici, seule, que l’auteure met au monde Bloody Cruise, un thriller horrifique en 5 tomes (série terminée au Japon), qui arrive en France quelques années après sa sortie au Pays du Soleil Levant, grâce aux éditions Omaké Books. Quid de ce premier tome ?

Bloody Cruise s’ouvre sur une scène crue et dérangeante, donnant le ton d’emblée : un repas mondain avec au centre de la table une jeune fille se faisant dévorer. L’ambiance est posée ! Passées ces sept premières pages difficiles à situer dans le temps, nous voici en présence de Satori, une (autre ?) jeune fille, tout sourire, heureuse d’entamer une croisière sur un grand paquebot avec son père et son petit frère. Ce dernier qui ne parle pas et passe son temps à s’enfuir, instaure immédiatement une atmosphère inquiétante dans ce cadre apparaissant pourtant comme idyllique. Rapidement, nous faisons la connaissance d’un autre jeune homme, visiblement pas insensible au charme de notre héroïne, et de son groupe d’amis dont les personnalités aussi différentes que complémentaires, les rendent tout de suite sympathiques.

Dans ce premier tome, l’histoire se déroule donc sur ce bateau, en pleine mer. Différents événements tout d’abord étranges pour devenir au fur et à mesure de plus en plus effrayants, vont se succéder et le lecteur, comme certains des personnages principaux, va prendre petit à petit conscience du danger qui rôde et de la nécessité de plus en plus pressante de réfléchir à un moyen de s’enfuir. Ainsi, le manga a pu être comparé à un escape-game horrifique ; le but de nos héros étant de réussir à s’échapper le plus rapidement possible de cet endroit si malaisant ! En cela, nous pourrons rapprocher cette première impression de The Promised Neverland de Kaiu Shirai et Posuka Demizu, où nous suivons également un groupe d’enfants (même s’ils paraissent tout de même plus âgés ici) confrontés à des évènements inquiétants et des adultes peu rassurants, cherchant à comprendre ce qui se trame autour d’eux avant d’élaborer des plans d’évasion. Le dessin semble parfois un peu léger (manque de trame, coups de crayon un peu brouillons) mais les expressions des personnages traduisent bien les sentiments qui habitent ces derniers et le lecteur se projette tout à fait à bord de ce paquebot.

L’ambiance est oppressante et ce premier tome se dévore d’une traite. On a envie de savoir ce qui se trame réellement dans ce bateau même si un aperçu nous a été donné en préambule. La fin du tome offre un début d’explication à ces événements étranges, voire surnaturels, et nous pousse clairement à aller lire le tome 2 dès qu’il sortira. Une réussite. 

Laisser un commentaire