Critique : Watchmen (HBO)

Adapter une suite au révolutionnaire comic book Watchmen (1985) était une gageure, un défi que seul un talentueux scénariste et showrunner comme Damon Lindelof (Lost, The Leftovers) pouvait relever. La série, annoncée depuis quelques temps comme l’événement de l’année, compte également dans son pedigree Trent Reznor et Atticus Ross, chargés de la bande-son, ainsi que Jeremy Irons ou Don Johnson au casting. Diffusée entre le 20 octobre et le 16 décembre 2019 sur la chaîne de télévision HBO aux Etats-Unis et sur OCS en France, Watchmen propose une réalité alternative contemporaine dont les événements sont étroitement liés aux événements du comic book (situé en 1985) et lui font suite, en sont les conséquences. Pas évident, quelques 34 années plus tard, de développer une intrigue à partir du roman graphique de 1985, située en 2019. C’est pourtant le défi que s’est lancé Damon Lindelof.

Tout d’abord, alertons les puristes du roman graphique, car la série HBO prend certaines libertés avec l’intrigue originale, dont la fin laissait penser un développement bien différent de ce que Damon Lindelof offre aux téléspectateurs de 2019. Les puristes de l’ouvrage original d’Alan Moore, donc, seront déçus, cela ne fait aucun doute. Les aficionados du travail de Lindelof, par contre, seront enchantés de reconnaître en Watchmen sa patte scénaristique, ainsi qu’un hommage à l’esprit du comic book original.

Lindelof s’amuse à placer des éléments, des pistes incompréhensibles au premier abord, comme à son  habitude, en début de saison, ce qui aura tendance à surprendre les nouveaux-venus à ses productions. Mais quel bonheur de découvrir les tenants et aboutissants de ces “pistes” au fil des épisodes. Certains de ces derniers sont d’ailleurs absolument mémorables, imbriquant le passé des Watchmen et les répercussions de leurs actions sur les nouveaux intervenants. 

Il n’est plus question du contexte de la Guerre Froide cette fois mais plutôt de racisme brut et de suprématie “blanche”. Il est par contre toujours question du bien-fondé des héros masqués et de leur rapport à l’Etat ainsi qu’à leur contrôle. Les constantes du roman graphique sont ainsi bien présentes. On est surpris, ému, transporté et en attente d’un épisode à l’autre, ce qui contribue à faire de Watchmen l’une des principales séries sorties en cette année 2019.

La série HBO Watchmen est un très bon show, haletant, qui conviendra plus que jamais à ceux qui apprécient le travail de Damon Lindelof, mais décevra certainement les puristes du roman graphique, tant Lindelof prend des libertés par rapport à l’oeuvre originale d’Alan Moore et Dave Gibbons. Elle n’en reste pas moins un excellent hommage, conservant tout de même l’esprit de Watchmen. Le score de Reznor et Atticus Ross, bien reconnaissable, offre au show une tension palpable sur certains moments clé. A visionner absolument, après avoir (re)lu le roman graphique.

Laisser un commentaire