Critique : F1 2020

Cette année 2020, marquée par la pandémie de Covid-19, n’aura pas épargné l’univers de la Formule 1 : début de la compétition repoussée au 3 juillet 2020 et  normes très strictes à respecter sur les circuits (pas de public, par exemple) sont autant de défis que les organisateurs et les écuries ont eu à relever cette année. Cela n’aura pas empêcher d’organiser des compétitions en ligne entre quelques champions durant le confinement généralisé, preuve en est, s’il en était besoin, que la simulation automobile se porte bien, en termes de réalisme. Cela n’aura pas empêché non plus les studios britanniques Codemasters de publier l’itération 2020 de leur simulation de conduite de Formule 1, qui, comme nous allons le voir, est sans doute le jeu vidéo de Formule 1 le plus abouti à ce jour.

L’aspect cosmétique du titre est le premier élément marquant du jeu de Codemasters. Que de progrès accomplis depuis que ces studios ont récupéré la licence officielle de Formule 1 ! Les ralentis des départs de grands prix sont stupéfiants de (photo)réalisme et la modélisation des pilotes ou des véhicules nous a réellement laissé le souffle coupé. On n’a pu s’empêcher par ailleurs d’imaginer ce à quoi ressemblerait le titre en version Xbox Series X grâce au Smart Delivery (qui permet de profiter d’un jeu dans ses options graphiques maximales quand bien même il a été acheté pour la génération de consoles précédente). En chipotant un peu, on pourra reprocher au jeu de proposer des animations un peu répétitives sur le podium, dans les moments “champagne”, mais ce n’est qu’un léger détail.

En termes de pilotage, les sensations sont toujours au rendez-vous, et ce bien sûr en choisissant des options proches de la simulation et en conduisant au volant. Il est à noter qu’un mode accessible a été implémenté dans cette édition 2020, permettant de jouer en mode “détente”, idéal pour se familiariser avec les circuits (qu’il faut absolument connaître le mieux possible pour être performant lors des compétitions en ligne ou en local). Deux nouveaux circuits sont également au programme : le circuit de Hanoi au Vietnam et un circuit au Pays-Bas, ce qui est bien évidemment en adéquation avec les circuits ajoutés officiellement cette saison au championnat. F1 2020 ne prend absolument pas en compte les évolutions du championnat dues au covid-19, et peut-être n’est-ce pas un mal de rêver une compétition de Formule 1 qui n’aurait pas eu à subir ces troubles…

Au rayon des nouveautés, F1 2020 s’offre de nouveau le luxe de proposer un mode écran partagé, qui permet donc à deux joueurs de s’affronter sur un même téléviseur, idéal pour revivre des sensations “old school” en local. Le mode gestion d’écurie a été repensé en mieux, et est réellement passionnant : il est possible de choisir un sponsor,, un motoriste, un coéquipier en fonction d’un budget initial et de gérer tous les paramètres d’une team de F1, y compris les interventions de journalistes (les réponses données en interview à ces derniers auront un impact sur l’équipe comme sur la popularité du pilote) et ce, comme en mode carrière, où il est toujours possible de faire progresser son aérodynamique ou sa propulsion au fil de la compétition. 

Fort de ses nouvelles caractéristiques (écran splitté, création d’écurie), de son nouvel habillage cosmétique et de ses inébranlables acquis (mode online et e-sports très bien conçus, par exemple), F1 2020 incarne tout simplement ce qui s’est fait de mieux jusqu’à présent en jeu de simulation de Formule 1. Les aficionados auront connu une saison 2020 difficile, écourtée pour cause de pandémie, mais l’attente de la reprise de la saison de F1 et de la  publication du jeu en valait la chandelle, tant pour ce dernier les orfèvres des studios Codemasters ont fait des étincelles, et ce malgré une période de travail en confinement que l’on peut imaginer pas évidente. Un bel hommage à ce sport mécanique, également, en cette fin de génération de consoles de jeu. 

8

Critique réalisée sur Xbox One X à partir d’une version fournie par l’éditeur.

Laisser un commentaire