Critique : Mass Effect Edition Légendaire

Démarrée en 2007, la trilogie Mass Effect reste et restera à jamais une de ces épopées qui marquent l’industrie et les joueurs, lore d’une richesse peu ou pas égalé, avalanche de personnages cultes, dialogues et scénario brillamment écrits, embranchements par dizaines sur toute la continuité des 3 opus, la trilogie Mass Effect est bien plus qu’une simple suite de jeux. C’est un monument qu’on ne déboulonne pas, mais que l’on respecte et que l’on chérit. Et malgré le décevant Andromeda, très durement critiqué, de façon juste et injuste, cela n’a pas réussi à jeter l’opprobre sur la franchise ou calmer la ferveur des fans.  Au contraire, voilà bientôt 10 ans que nous sommes orphelins du commandant Shepard, Garrus, Tali et consorts. Et pourtant nous avons pu constater l’engouement, voire le culte qui est porté à cette saga lorsqu’un beau jour de décembre 2020, une bande annonce, de très bonne facture s’il en est, dévoile ce qui semble être un Mass Effect 5.

Cette édition légendaire emporte avec elle les 3 premiers jeux de la trilogie initiale, plus la totalité de ses DLC, une quarantaine en tout. Manque à l’appel malheureusement le deuxième DLC du premier Mass Effect : Station Zenith. Absent également, le mode multijoueur qui selon certaines récentes nouvelles pourrait être réintégré, mais franchement il n’apportait pas énormément de choses à l’expérience, d’autant plus que pour cette édition légendaire, vous n’aurez plus à jouer en ligne pour contribuer à l’effort de guerre. Si vous faites les missions correctement, que vous opérez les bons choix et que vos alliés survivent et sont en pleine possession de leurs moyens, vous pourrez atteindre les objectifs pour une fin moins tragique.

Au-delà d’une simple compilation, un travail remarquable a été apporté au premier épisode, pour les jeux 2 et 3, on pourra dire que c’est une remasterisation assez feignante mais les jeux restent malgré tout encore aujourd’hui très agréable à l’oeil, et puis ce n’est pas vraiment ce que l’on recherche en priorité quand on se lance dans cette aventure.

Concernant Mass Effect, qui était clairement le jeu réclamant le plus de travail, le boulot a clairement été réalisé, les textures sont nettement au-dessus du titre original. Shepard a également vu son gameplay un peu retouché, alors certes il/elle reste toujours assez raide dans ses mouvements, mais on remarque tout de même une meilleure maniabilité. A noter que nous parlons ici de « remaster » et non de « remake ». Une trilogie si riche, si monumentale aurait demandé des ressources considérables et un temps autrement plus conséquent s’il avait fallu tout reprendre à zéro. Et est-ce bien l’essentiel ? Peut-être pas mais refaire cette trilogie avec de la 4K et des textures améliorées est un véritable épicurisme. Ajoutez à cela une technique irréprochable et une fluidité totale. Après une centaine d’heures de jeu, je n’ai pas vu la moindre chute de framerate sur Series X.

Pour une expérience plus harmonieuse du début à la fin, le HUD et les menus des 3 jeux ont été corrigés afin d’avoir la même expérience durant votre exploration de la voie lactée. C’est celui de Mass Effect 2 qui a été choisi pour être utilisé dans la totalité des titres. 

On regrettera tout de même le manque de vie dans les villes et notamment sur la Citadelle, avec la puissance des machines actuelles, on aurait aimé que les développeurs rendent cette capitale galactique un peu plus vivante, c’est d’autant plus criard dans Mass Effect 1 où l’on peut se balader librement mais ne croiser que très très peu de monde, c’est dommage, ce n’est pas cela qui aurait pris beaucoup de temps, mais ce manque de vie fait quand même un peu tristounet.

Aucune amélioration non plus dans la création du personnage, le système était pauvre dans les 3 jeux initiaux, il l’est toujours autant ici. Même si la qualité des visages du commandant Shepard homme ou femme se suffit à elle-même, cela va peut-être décevoir certains joueurs adeptes de la personnalisation.

Un autre point noir, polémique même est que pour répondre aux critères de notre société aseptisée et bien-pensante, sachez que le joli fessard de Miranda a tout bonnement été supprimé lors des cinématiques.  

Mais étrangement les poitrines généreuses des Asari sont toujours bien présentes.  Et cela ne semble pas déranger non plus les professionnelles du « choquage » le fait que l’on extermine entre 2000 et 3000 ennemis durant l’aventure complète. Pathétique mais tellement dans l’air du temps.

Cette édition légendaire propose un contenu énormissime, pour peu que vous soyez du genre à vouloir finir son contenu dans sa grande majorité, les 100 à 150 heures sont tout à fait plausibles, c’est d’ailleurs vers cela qu’il faut se diriger si vous ne voulez pas voir toute votre escouade, Shepard compris, périr lors de la mission suicide.

Si vous n’avez jamais joué à aucun Mass Effect ou seulement à 1 ou 2 opus, que vous ayez manqué les DLC ou que le premier opus ne vous ait un peu repoussé, aujourd’hui vous n’avez plus d’excuse, c’est clairement un indispensable. En effet Mass Effect Legendary Edition offre la meilleure expérience pour jouer et découvrir cette majestueuse trilogie. D’autant plus que certains DLC sont à ce jour plus disponibles. Pour les autres et bien c’est à vous de voir, mais cette édition s’adresse également aux fans de la première heure. Après à peine 15 minutes dans le Normandy, les sensations et le plaisir d’y rejouer étaient clairement de retour, intacts. Idem pour son univers, ses dialogues, ses compagnons, cet enjeu et surtout envers cet ennemi omniprésent que sont les moissonneurs. Le tout fait mouche instantanément. Un indispensable vous dit-on ! Un mot aux chasseurs : les succès ont été modifiés et simplifiés, ce qui fait qu’hormis les 3 succès liés à la difficulté « démentielle », il est relativement aisé d’atteindre les 2915 points que le jeu recèle.

8

Critique réalisée sur Xbox Series X à l’aide d’une version fournie par l’éditeur

Laisser un commentaire