Critique : Capcom Arcade Stadium

Chaque génération de consoles de jeu ou presque, Capcom propose une compilation de jeux d’arcade historiques triés sur le volet. Etant donné la renommée et la qualité des jeux d’arcade Capcom de cet âge d’or, surtout en versus fighting ou beat’em ups (les shoot’em ups et les jeux d’action ne sont pas en reste), ces compilations sont toujours les bienvenues. Quels sont les ajouts et features de cette nouvelle collection de jeux ?

Qui dit jeu d’arcade dit difficulté corsée afin de faire dépenser plus, toujours plus de pièces de monnaie sonnantes et trébuchantes. On sait à quel point certains passages sont tout simplement impossibles à traverser victorieusement à moins d’utiliser des « continues ». Capcom Arcade Stadium a l’avantage de proposer un mode rewind, utilisable à n’importe quel moment d’une partie afin d’atténuer la sensation de frustration que pourrait ressentir le joueur, obligé sans cela d’utiliser toujours plus de continues. Une feature extrêmement bienvenue en cette époque où la plupart des jeux facilite grandement l’avancée du joueur, plus adepte de sensations fortes et d’expérience de jeu que de gameplay nécessitant un skill approprié.

Ce mode rembobinage, également disponible sur les titres retro proposés par Nintendo aux abonnés au online de la Switch, est une véritable bénédiction, et permet de gagner énormément de temps lors des sessions découverte de jeu ou d’entrainement. Entrainement indispensable si l’on souhaite inscrire son score au hall of fame de Capcom Arcade Stadium, car les classements sont publiés en ligne. En termes d’ergonomie, le gameplay arcade, facile à prendre en main mais parfois complexe à maîtriser rien de particulier à noter, les sensations de l’époque sont bien présentes.

Sensations qui sont amplifiées d’autant que la présentation globale et l’interface de Capcom Arcade Stadium sent bon la salle de jeu enfumée d’antan. On s’attend presque à y croiser les personnages de l’excellent anime Hi-Score Girl, qui narre les aventures d’un otaku accro aux jeux d’arcade (et à la PC Engine) épris sans le savoir d’une donzelle, seule capable de rivaliser avec lui à Street Fighter II. Il est possible au détour des options graphiques de jouer avec une interface représentant une borne d’arcade, présentant l’angle de vue que l’on pouvait connaître à l’époque. Un détail vraiment appréciable.

D’une simple pression sur le pavé tactile de la Dual Sense, il est possible de passer d’une rom d’origine japonaise à une rom US, et les options graphiques permettent également de jouer dans des conditions proches du rendu des écrans cathodiques ou d’adoucir les pixels. Autant dire qu’il y en a vraiment pour tous les goûts. Il est même possible de renverser l’écran pour passer d’un game feel horizontal à un game feel vertical !

Que dire de la sélection de jeux ? De cette anthologie historique indispensable à la ludothèque de tout gamer qui se respecte ? La réponse est dans la question. On apprécie la présence de shmups excellents, tel que Progear, ou de titres orientés baston, plus originaux que le sempiternel Final Fight, comme le très bon Battle Circuit (déjà présent dans le Capcom Beat’em Up Bundle, publié il n’y a pas si longtemps). D’excellents jeux, donc, dont les sorties s’étalent sur une période plus vaste qu’il n’y paraitrait au premier abord. Indispensables, donc…

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Capcom gâte les amateurs de retrogaming (et les autres) avec cette compilation d’excellents jeux d’arcade. Entre la flopée d’options graphiques permettant de revivre ces titres au plus proche des conditions d’antan ou même de passer de l’horizontal au vertical (pour changer le game feel de certains shoot’em ups, par exemple), et la possibilité de rembobiner n’importe quelle séquence de jeu, sans compter le nombre conséquent de challenges hebdomadaires, Capcom Arcade Stadium ne semoque pas du chaland. La qualité de l’échantillon de titres proposés n’est plus à discuter et que l’on soit amateur de versus fighting à l’ancienne, de beat’em ups d’anthologie, de jeux d’action classiques (Ghosts’n Goblins) ou de shoot’em ups indispensables (Gigawing !) à tout gamer qui se respecte, on  trouve dans cette compilation très largement son compte. Une offre immanquable, que ce soit sur Nintendo Switch, PS4 / PS5 et Xbox à présent. 

8

Critique réalisée à partir d’une version PS4/PS5 fournie par l’éditeur. Le jeu est également disponible sur Switch et Xbox

Laisser un commentaire