Critique : Leisure Suit Larry Wet Dreams Dry Twice

Vous avez aimé Leisure Suit Larry wet dreams don’t dry ?? Vous avez aimé découvrir de nouveaux horizons avec notre anti-hérosfavori ? Et bien mes coquins, voici la suite directe du précédent volet « Wet dreams dry twice ». Ne vous attendez pas à un changement total par rapport au dernier opus car c’est un peu une sorte de copier-coller MAIS un copier-coller qui sent toujours aussi bon la nostalgie et… le cul.

Petit résumé rapide sans tomber dans les spoilers:

Après avoir voyagé dans le temps lors du précédent épisode, Larry se retrouve sur une île où le chef prend son arrivée comme une prophétie. Larry doit donc se marier avec sa fille sans même l’avoir rencontrée au préalable. Voilà comment commence le jeu. Pour le reste, à vous de le découvrir. Je vous le dis tout de suite, si vous n’avez pas fait le précédent volet, vous n’allez pas y comprendre grand-chose… Il y a tout de même possibilité d’avoir un bref résumé de l’histoire mais bon… jouez-y c’est plus fun.

Laffer est toujours dans le sac mais…

Pour ce qui est des graphismes, il n’y a pas de changements. Le style « peint à la main » est toujours aussi beau et les références phalliques sont toujours de la partie. Par contre, on regrettera toujours le même manque d’animations… Les tableaux ont beau être réussis, ils sont morts… pratiquement aucun mouvement en arrière-plan. C’était déjà l’un des principaux reproches de beaucoup de joueurs sur l’épisode précédent. Mais apparemment, les Allemands de chez Crazybunch ne l’ont pas pris en compte. Dommage car cela aurait peut-être pu le démarquer de son prédécesseur.

Utilise tes doigts ! Non Larry pas comme ça !!!

Niveau gameplay, je vous conseille toujours d’y jouer sur switch car l’écran tactile est un vrai plus. Jouer un point’n click au pad peut vite s’avérer être un enfer. Les anciens qui ont joué à L’amerzone sur ps1 se rappelleront de ce « bonheur ». Néanmoins, le fait d’appuyer sur les deux pads permet de mettre en surbrillance les items avec lesquels on peut interagir. Ce qui peut vite être un avantage. Car les énigmes sont toujours aussi faciles, mais rechercher l’item qui vous permettra de débloquer la suite dans tout ce fouillis sans aide peut vite être frustrant. Les gâchettes vous permettent également de passer d’un objet à l’autre. Mais l’écran tactile mélangé à tout ça, reste la meilleure option, conseil de tonton Kurghan.

L’histoire continue…

Le scénario est toujours du même acabit. L’humour potache en dessous de la ceinture est présent. Les dialogues avec réponses à choix multiples sont bien écrits et bourrés de références (nul besoin de vous dire lesquelles). Le smartphone de Larry est toujours bien exploité. Les références aux réseaux sociaux sont encore une fois hilarantes. Il y a beaucoup de PNJ à rencontrer certains mieux écrits que d’autres mais en général tous drôles.

Ce nouvel opus continue dans la même veine. Ils ont repris ce qui marche sans vraiment améliorer les points négatifs et c’est vraiment dommage… Il fallait peu à cette nouvelle aventure de Larry pour réellement se démarquer de son prédécesseur ! Je vous le conseille néanmoins si vous avez aimé l’ancien. Mais si nouvel opus il y a, espérons qu’il sera remanié car honnêtement… ce sera celui de trop… en tout cas pour moi !

6

Critique réalisée sur Nintendo Switch à partir d’une version fournie par l’éditeur

Laisser un commentaire