Chronique : Butterfly Beast

Otchô a à la fois le regard vide, désabusé, meurtrier. Kotchô, son autre identité,  se prostitue dans le quartier contrôlé de Yoshiwara, elle est la courtisane la plus éclatante, la plus rayonnante. Tueuse pour les chasseurs de shinobis souhaitant renverser le gouvernement ou agissant dans l’illégalité en ce début du XVIIè siècle, Otchô est sans merci pour ces derniers, les achevant  quel que soit leur genre ou leur âge. Car en ces premiers balbutiements de l’ère Edo, les shinobis ne sont plus utiles aux seigneurs en guerre et survivent par tous les moyens, même les plus inavouables. Otchô est une ancienne shinobi qui a subi un entraînement efficace. Qui pourrait mieux qu’elle agir contre ses anciens acolytes ? Tel est le pitch de Butterfly Beast, le “monstre papillon”, la beauté meurtrière.

Le regard froid et l’expression impassible d’Otchô

Otchô / Kotchô, papillons brodés sur son kimono, experte dans l’art du sabre et le lancer de shurikens, semble ne plus rien ressentir, et exécute ses cibles avec un calme olympien. Comment est-elle devenue ce bourreau sans aucun remords, d’une froideur presque exécrable – surtout lorsqu’elle exécute certaines cibles ? C’est ce à quoi répond la mangaka Yuka Nagate, en livrant de nouveaux éléments avec parcimonie, permettant de mieux comprendre son personnage principal.

La patte graphique de Yuka Nagate fait mouche  dans cette série publiée en deux volumes – pour le moment, car une suite est prévue. Précis, son trait sert un découpage dynamique, offrant de très bonnes scènes d’action, limpides. Il offre également une expression des visages et des regards vraiment impressionnante. On appréciera  la fidélité des décors et des trames à la réalité historique. D’une case représentant  un combat à une autre teintée d’érotisme, difficile de reprocher au style de Yuka Nagate de ne pas idéalement convenir au récit qu’elle souhaite partager. 

Duel d’anciens shinobis

Assez classique dans son contenu, narrant les meurtres successifs d’une tueuse impassible,avec un soupçon d’érotisme, Butterfly Beast brille par son dessin et son background original : les agissements de ninjas au début de l’ère Edo, quand Tokugawa commence à exercer ses fonctions, est un sujet qui peut fasciner. Le trait de Yuka Nagate, réaliste et dynamique convient parfaitement à ce type de récit, dépeignant un personnage principal au regard dénué de toute humanité.

Butterfly Beast est une série seinen en deux volumes publiée par Mangetsu, le nouveau label manga des éditions Bragelonne

Laisser un commentaire