Critique : GetsuFumaDen : Undying Moon

Getsu Fuma Den est originellement un jeu d’action-plateformes mâtiné d’éléments d’aventure de 1987 développé par Konami. Publié sur NES en son temps, ce titre parvenait à pousser son hardware dans ses derniers retranchements, et offrait une bande-son de qualité pour une aventure intéressante bien qu’un peu répétitive. Qu’en est-il de Getsu Fuma Den : Undying Moon, qui reprend cette licence en 2022 ? 

Se présentant sous la forme d’un roguelite, soit un jeu aux niveaux créés de façon procédurale extrêmement punitif, Getsu Fuma Den : Undying Moon reprend l’univers riche de son prédécesseur. Mais cette fois la direction artistique, flamboyante, s’inspire de l’Ukiyo-e, les fameuses estampes japonaises dont raffolait Monet. On reconnaît les éléments graphiques qui ont fait la gloire de cet art ancestral, comme la présence de Ryukotsuki, le dragon-squelette classiquement dépeint en estampes. Réellement facteur de replay value, cette direction artistique magnifique nous fait picorer le titre de Konami encore et encore.

Picorer est le terme qui convient parfaitement au jeu, puisque celui-ci, extrêmement punitif – on perd quasiment tous ses bonus dès que l’on meurt, pour revenir au début du titre – ne propose qu’une progression des plus ardues. Upgrader le protagoniste principal se fait sur une temporalité délirante, tant le jeu est avare en bonus permettant de monter ses statistiques. Il faut compter sur des dizaines d’heures de jeu afin de simplement augmenter la santé ou la vitesse de notre héros. Ainsi, on revient au jeu régulièrement, certes, pour profiter d’un gameplay somme toute réussi et d’une réalisation magnifique, mais de par cette progression déséquilibrée, il est délicat pour le joueur d’enchaîner les parties, encore et encore.

Et c’est réellement dommage, puisque le héros de Getsu Fuma Den : Undying Moon est réellement la classe incarnée, s’offrant le luxe d’accéder à pléthore d’armes en tous genres : katana, arc, kunais, lances… Le joueur n’a que l’embarras du choix et le gameplay ne s’en trouve qu’enrichi. On aura particulièrement apprécié le double katana, offrant la possibilité d’attaques ultra rapides et extrêmement létales.

Getsu Fuma Den : Undying Moon est un jeu qui se déguste par à-coups, qui se picore de temps en temps pour en apprécier la direction artistique incroyablement qualitative, mais cela ne va pas au-delà, tant faire progresser les statistiques du personnage principal relève de l’impossible, à moins d’avoir la patience du Dalaï-Lama. 

6

Critique réalisée à partir d’une version Nintendo Switch fournie par l’éditeur

Laisser un commentaire