Marvel’s Spider-Man, New-York comme terrain de jeu

Eloigné de l’univers comics de l’homme-araignée plusieurs années durant, l’auteur de cet article a pu s’y replonger à plus soif via l’exclusivité PS4 Marvel’s Spider-Man. Nombreux sont les jeux licenciés « super-héros » à s’être fait lyncher à la fois par la critique et le public, tellement l’on pouvait ressentir que le budget de développement partait principalement dans l’achat de ladite licence et qu’il ne restait plus grand-chose pour le développement en lui-même. Ainsi, avant l’avènement de la série des Batman Arkham des studios britanniques Rocksteady, la meilleure adaptation de comic book mainstream en jeu vidéo était InFamous sur la génération précédente. Soit une adaptation de comic book… qui n’a jamais été publié. Pourtant InFamous regroupait toutes les qualités qu’un jeu de super-héros devait avoir, jusqu’au scénario et à l’atmosphère (beaucoup plus que le jeu Prototype édité par Activision). Marvel’s Spider-Man est-il la meilleure expérience immersive liée à un héros de papier ?

 

La ville de New-York entre dans l’ADN des comics Spider-Man. Le héros n’est-il pas le « friendly neighborhood Spider-Man », soit le super-héros du quartier, bien loin des aventures cosmiques des Avengers ? Dans l’exclusivité PS4, cette ville est reproduite si fidèlement que l’on s’y croirait parfois : cycle jour / nuit, météo, gratte-ciels à perte de vue, Central Park et topographie des quartiers, réactions et codes vestimentaires des habitants… Les graphismes plutôt réussis rendent vraiment hommage à la grosse pomme, teintée de l’univers Marvel (Avengers Tower, Nelson & Murdock) et parfois d’une atmosphère post 11 septembre traumatique. Un premier excellent point dans la retranscription de l’univers dessiné.

Seconde réussite pour Marvel’s Spider-Man : l’hommage d’amour non-dissimulé pour le super-héros et ses aventures. Le jeu regorge de clins d’œil aux aventures antérieures de l’homme-araignée, que ce soit dans la chambre de Peter Parker ou dans la recherche des sacs à dos à travers New-York. Dans ces derniers on trouvera des éléments historiques et encyclopédiques concernant les aventures de Spidey : ici un premier lance-toile, là un vieil élément de masque endommagé par un combat contre tel ou tel super-vilain. La quasi-intégralité des costumes est disponible, apportant chacun un pouvoir spécifique adaptable à n’importe quel autre costume : upgrade de furtivité ou « explosion de toile » envoyant paître tous les adversaires environnants.

Le système de progression est bien pensé (niveaux et points d’expérience de rigueur, avec points de compétence à la clé) et fait la part belle à l’exploration de New-York et aux combats annexes (gain de jetons permettant certains upgrades de gadgets). Les combats peuvent sembler assez brouillons au départ, du fait du nombre conséquent d’ennemis à affronter mais reprennent le système d’esquive et d’alerte des Batman Arkham et une fois le joueur bien rodé, sont un réel délice, tant les possibilités de combo sont multiples et l’usage de la toile et des gadgets est bien mis en place. Le côté furtif dans les phases d’infiltration n’est pas en reste, et se déjouer de ses adversaires un à un sans se faire remarquer est également un régal.

Marvel’s Spider-Man sur PS4 est un excellent divertissement qui enchantera les fans de comics de l’homme-araignée et séduira sans doute les nouveaux-venus, tant les déplacements dans New-York sont enivrants, les combats bien pensés après un certain temps d’adaptation et l’univers superbement retranscrit. La narration n’est pas en reste et les très rares défauts de mise-en-scène ne viennent pas gâcher un scénario de style comics Spider-Man classique, magnifié par une très bonne réalisation. Un indispensable sur PS4 et l’un des meilleurs jeux de 2018.

Une réflexion sur “Marvel’s Spider-Man, New-York comme terrain de jeu

Laisser un commentaire