Critique : Sackboy : A Big Adventure

Sackboy, héros de la franchise Little Big Planet, débarque sur la nouvelle console de Sony, 6 ans après le dernier opus sorti sur PS4. Le jeu de plateforme, amputé de son célèbre système de création de niveaux, vaut-il encore le coup aujourd’hui ?

DualSense, mon amour

A l’instar du très bon Astro, l’un des intérêts principaux de ce Sackboy : A Big Adventure réside dans la manette. Vibrations immersives avec le retour haptique (on sent la texture de la moquette quand Sackboy marche dessus !), gâchettes adaptatives (essentiellement lorsqu’on utilise le grappin), détection de mouvements (idéal pour piloter des plateformes), ou encore effets sonores fréquents grâce au haut-parleur intégré (la palme revient au superbe écho dans la manette du cri de Sackboy lorsqu’il chute)… C’est véritablement un régal de poser ses mains sur ce nouveau bijou de technologie pleinement exploité dans ce jeu.

Le « sack » de Mary Poppins

Dans Sackboy : A Big Adventure, vous allez parcourir cinq mondes différents ayant tous une thématique plus ou moins forte. Dans chaque niveau de chaque univers, les développeurs ont pris soin d’amener une petite touche de nouveauté. Les dizaines et dizaines de niveaux que vous allez parcourir pendant une quinzaine d’heures (en rushant) auront bien sûr quelques similitudes – et certains seront clairement moins intéressants que d’autres – mais chacun vous offrira une petite surprise de game design. Une fois qu’on a la manette en main, il est alors difficile de lâcher le jeu car on a toujours envie d’aller voir le niveau d’après avant d’arrêter…et nous ne sommes que rarement déçus ! Entre les nouveaux accessoires (grappin, jet pack, boomerang…), les musiques surprises (Bruno Mars, David Bowie, Britney Spears…), les moyens de transport surprenants (train, tyrolienne…) ou les nombreuses perles de game design, le moins que l’on puisse dire c’est que la variété est au rendez-vous !

Par ailleurs, certains niveaux musicaux pourront vous rappeler l’excellent Rayman Legends. Mais ici, ce n’est pas nécessairement à nous de faire bouger notre SackBoy en rythme car c’est l’intégralité du niveau qui se cale sur la musique et c’est à nous de nous y adapter. Toutefois, pour ceux qui apprécient les courses, vous pourrez en débloquer régulièrement et celles-ci offrent des challenges toujours intéressants. Il vous faudra souvent recommencer pour réussir mais le temps de chargement étant inexistant, vous n’aurez aucun mal à multiplier les essais sans vous lasser. De plus, la musique électro accompagnant ces niveaux est très entêtante et motivante ! Finalement, il n’y a que les boss de fin de monde qui soient décevants. Vous affrontez toujours Vex, le gros méchant qui veut détruire Patchwork Monde, et les patterns sont parfois trop ressemblants d’un boss à l' »autre ».

Tout seul c’est bien, à deux c’est mieux

Parce qu’un Little Big Planet s’apprécie d’autant plus à deux, l’achat d’une deuxième manette s’avèrera rapidement nécessaire ! Certains niveaux sont d’ailleurs conçus pour n’être joués qu’à deux. C’est toujours un régal de coopérer pour progresser dans le niveau mais aussi de donner des coups de poing (ou de poisson !) à son coéquipier ! A la fin de chaque niveau, celui qui aura amasser le plus d’orbes gagnera la coupe et pourra poser avec sur une photo souvenir que vous pouvez bien sûr gâcher en vous plaçant devant l’objectif. Ainsi, bien que l’on soit ensemble dans le même bateau, la compétition fait rage. Et puis, Sackboy : A Big Adventure permettant, comme tout Little Big Planet, de customiser son personnage avec des tenues plus ou moins loufoques, il vous faudra posséder un grand nombre de clochettes pour parader fièrement dans les niveaux mais ni les portefeuilles, ni les tenues ne se partagent ! On joue ensemble mais c’est tout de même, chacun sa poire !

Vous l’aurez compris, Sackboy : A Big Adventure est une réussite. Profitant pleinement des capacités offertes par la nouvelle manette de la PS5, il offre au joueur un divertissement très agréable et apaisant. Ses couleurs vives, ses musiques entraînantes, ses bruitages rigolos, son gameplay soigné et sa fluidité en font un jeu à recommander à tout amateur de plateforme, qu’il soit adepte de la licence ou non !

8

Critique réalisée à partir d’une version fournie par l’éditeur sur PlayStation 5

Laisser un commentaire