Critique : Demon’s Souls

La série des jeux typés action-RPG “Souls” fait beaucoup parler d’elle depuis plus d’une dizaine d’années. Un ancien salaryman japonais, Hidetaka Miyazaki s’est décidé, la trentaine venue, après avoir joué au splendide jeu de Fumito Ueda, Ico, à devenir développeur de jeu vidéo, laissant loin derrière lui le progiciel de gestion Oracle. De son imagination bercée de jeux de rôle sur table naîtra Demon’s Souls en 2009. Le reste fait partie de l’Histoire vidéoludique, et la popularité des jeux de Miyazaki ne s’est jamais estompée au fil des années. Afin d’inaugurer le line-up de la PlayStation 5, et de marquer un grand coup, Sony Interactive Entertainment a loué les services du studio Bluepoint, déjà à l’origine de l’excellent remake de Shadow of the Colossus, afin de développer une autre refonte, celle du fameux Demon’s Souls. 

Une âme de gagnant

Dès les premières heures de jeu, Demon’s Souls annonce la couleur : réalisation remarquable (beau à pleurer sur une TV 4K OLED), level design excellent et tortueux à souhait, gameplay inspiré de Monster Hunter qui fonctionne et un challenge relevé, digne de la série des “Souls”. Tous ces ingrédients se juxtaposent dans un cocktail assez détonant pour rendre accro les joueurs les plus persévérants et patients. Au début, donc, le joueur que nous sommes s’est senti perdu car vraiment livré à lui-même. De rares explications (didacticiel rapide) expliquent comment combattre, esquiver, courir, utiliser un objet. Mais c’est quasiment tout ! Heureusement, d’autres joueurs peuvent laisser des messages d’aide sur le sol (attention, ils induisent parfois en erreur) qui permettent d’être guidé un minimum. Puis il y a l’aide d’internet, qui offre la possibilité de savoir comment appréhender le jeu : le build à choisir, les affrontements contre les boss, etc. 

Et c’est là que le bât peut éventuellement blesser. Pour apprécier Demon’s Souls, il faut accepter d’être aidé par les internautes et les sites de soluce, ce qui ne plaît pas forcément à tous les joueurs d’action-RPG. Internet est vraiment sollicité presque constamment avec Demon’s Souls si l’on veut progresser correctement. On est loin d’un The Legend of Zelda récent, par exemple (old school, par contre, c’est une autre histoire). Le jeu offre un level design qui frôle parfois le génie (surtout dans l’architecture des niveaux, leur variété et leur verticalité) mais qui pêche parfois par une difficulté inégale : certains boss des premiers niveaux se one-shot facilement si on connaît le point faible de l’adversaire et son angle mort. Un comble pour un titre toujours jugé extrêmement difficile. Ce ne sont heureusement que quelques exceptions qui confirment la règle; car la grande majorité des boss vous donnera du fil à retordre. 

Une bien belle âme

Demon’s Souls justifie-t-il de passer à la 4K et d’investir dans un téléviseur digne de ce nom ? A notre humble avis, oui, tant la claque est immense et tant le titre refait par Bluepoint offre des visuels exceptionnels. On qualifie même le jeu de “seul jeu réellement next-gen” sur la toile, puisque la plupart des autres titres proposés au line-ups de la Xbox Series X ou de la PS5 sont cross-gen. Ainsi, les rétines sont flattées au maximum : effets de lumière somptueux, textures palpables, fluidité exemplaire (et nécessaire) pour rendre hommage à une ambiance vraiment sombre, virant parfois au glauque. On notera tout de même quelques défauts, comme cette caméra un peu erratique dès que l’on cible un adversaire et que l’on s’en approche trop près, ou quelques rares bugs de collision. Il nous est arrivé d’abattre un adversaire et de voir son corps traverser le sol.

L’utilisation du haut-parleur de la manette PS5 est un léger plus, pas vraiment indispensable, par contre les vibrations dosées et placées aux bons endroits du pad offrent des sensations agréables. Un mot sur le sound design, qui est parfaitement adapté à l’expérience de jeu proposée par Demon’s Souls; les musiques quant à elles, sont à la fois sombres et épiques, et rappellent un peu les meilleurs moments d’un God of War, en plus dark. 

Demon’s Souls est un action-RPG de la trempe des meilleurs, qui par plusieurs astuces de level design, parvient à donner au joueur une expérience old school très appréciable. Qui dit old school dit difficulté parfois excessive (rappelez-vous, Ghosts’n Goblins dans les années 80) mais pas insurmontable, si tant est que l’on ne rechigne pas à consulter internet, car le titre de From Software / Bluepoint laisse le joueur livré à lui-même dès le début de partie, sans plus d’explications que ça. On pourra lui reprocher quelques défauts, comme une caméra erratique lorsqu’on cible les adversaires, de rares soucis de collision ou plus grave, quelques boss trop faciles à vaincre dès lors qu’on trouve rapidement leur “angle mort”. Malgré cela, Demon’s Souls, de par sa réalisation magnifique, son challenge et son level design exceptionnel est chaudement recommandé à tous les heureux possesseurs de PlayStation 5.

8

Critique réalisée à partir d’une version PlayStation 5 fournie par l’éditeur

Laisser un commentaire