Critique : Ghost of Tsushima Director’s Cut

Après bientôt une année passée dans les bacs, Ghost of Tsushima fait son grand retour dans une version « Director’s Cut » comprenant quelques améliorations spécifiques à la PS5 et surtout l’île d’Iki nouvelle zone avec sa propre histoire. De quoi intéresser les personnes en quête de nouveau contenu…

Le jeu se passe dans un japon féodal du 13ème siècle lorsque des milliers de soldats mongols dirigé par Khotun Khan envahissent l’île de Tsushima. Vous incarnez Jin Sakai l’un des derniers Samouraïs encore en vie après une bataille sans merci face à l’envahisseur. Durant votre quête, vous allez devoir retrouver des soldats d’élite afin de vous aider à bouter l’envahisseur hors de votre île et surtout, délivrer votre oncle détenu par Khotun.

Une envie de voyage…

Le jeu était déjà très beau sur PS4 mais sur PS5 en 4K/60 fps le rendu est juste dingue. Les animations sont fluides et les combats encore plus intenses… il m’est souvent arrivé de gravir une montagne pour admirer la vue ou encore de me balader pour visiter les moindre recoins de la carte tellement les paysages sont changeants et beaux. Effectivement, le jeu souffre toujours de certaines petites choses comme le mouvement des arbres et quelques ombres très brouillons sans parler de certaines animations des visages de PNJ lors des cinématiques (surtout en version japonaise). Apparemment, les cinématiques restent en 30 fps mais cela ne m’a pas choqué. Les temps de chargements sont aussi beaucoup plus rapides grâce au SSD de la bête de guerre de chez Sony ce qui vous permettra d’entrer dans le jeu ou de faire un voyage rapide pratiquement instantanément. N’hésitez pas à consulter notre critique de la version PS4 PRO.

AUX ARMES !

Votre périple vous fera rencontrer et sauver des civils dont certains auront des aptitudes qui vous seront très utiles dans le futur. Vous allez donc croiser des armuriers, forgerons, factrices d’arcs,… ou alors, certaines missions avec, à la clé, des améliorations et/ou nouveaux objets. Vous pourrez aussi très bien changer le Skin de vos armes ainsi que de vos habits. Quand il faut tailler des ennemis en pièces… autant le faire avec classe.

Des combats intenses et fluides

Les techniques de combat de Ghost of Tsushima sont bien pensées mais pas facile à prendre en main surtout en difficile. Après plusieurs échecs, vous aiguiserez de plus en plus votre agilité au combat. Pour vous défaire de vos adversaires, il vous faudra vous la jouer Sam Fisher ou alors partir au front. Les séances de tir à l’arc sont vraiment chouettes pour tuer sans se faire repérer. L’ajout du retour haptique de la manette est toujours aussi immersif. Par exemple, la pression de la gâchette sera différente si vous utilisez l’arc cours ou le long. Lors des combats au corps à corps, vous aurez le choix entre plusieurs postures afin de vous défaire plus aisément de vos ennemis. Si ces derniers sont équipés d’un bouclier et d’une épée ou alors d’une lance, vous n’aurez pas la même approche donc pas la même posture afin d’assurer toutes vos chances au combat. Sinon, vous pourrez toujours compter sur l’esquive afin de permettre une percée dans la défense ennemi. 

Du contenu ! Du contenu !!

Le plus gros ajout de cette version est l’île d’Iki, nouveau terrain de jeu à découvrir avec son histoire et ses nouvelles quêtes. Le scénario s’implante très bien avec celui de base avec une certaine inversion quant à la place de Jin. Si vous l’avez déjà fait auparavant, ce nouveau souffle vous fera replonger dans le jeu sans aucun problèmes vous ne serez pas dépaysé. Si l’on ajoute à cela les optimisations de la PS5, Sucker Punch a fait du bon boulot.

Ghost of Tsushima est un excellent jeu. Souvent comparé à un Assassin’s Creed ou un Far Cry pour tout ce qui est de la grimpette, monde ouvert et territoires à reconquérir. Mais contrairement au deux exemples cités, je n’ai pas trouvé de monotonie. Les paysages sont magnifiques et les voyages rapides quasi instantanés, vous permettant de ne pas perdre du temps en longs déplacements. Ce jeu m’a fait ressentir une certaine sérénité et respect propre à la culture japonaise. Tout cela malgré la guerre intensive que se font les Samouraïs et les Mongols. La bande son somptueuse permet une immersion totale. Si vous avez besoin de vous dépayser et de vous défouler, cette perle pondue par les gars de Sucker Punch vous fera le plus grand bien. Même s’ il n’est pas exempt de défauts, ses qualités sauront vous toucher et vous prendre par les tripes. 

8

Critique réalisée sur PlayStation 5 à partir d’une version fournie par l’éditeur

Laisser un commentaire